Bienvenue sur Mysterious School, une académie pleine de pouvoirs mystérieux...
 

 ::  :: Rez-de-chaussée :: Complexe Sportif Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le vampire et le diamant à croquer [Syria / Rafael]

avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 26/01/2018
Localisation : Dehors avec ses animaux adorés
Emploi/loisirs : Danse, peinture et s'occuper d'animaux

Zone RPG
Statut: Ange en première année de lycée
Séjourne: Chambre 04 avec son cousin
Aptitudes :
& Devisla Prof d'Histoire Humaine et Démoniaque
Voir le profil de l'utilisateur




Syria Wings
& Devisla Prof d'Histoire Humaine et Démoniaque
Mar 13 Fév - 15:00
Le vampire et le diamant à croquer
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Monde, joli monde, file t'épanouir en ces larges paysages de pluie alors que tes yeux éternels surveillent l'âme si chère à ton cœur d'immortel.  Le vent souffle en bourrasques hurlantes alors que le rideau d'eau tombe en une cascade douloureuse sur les peaux fragiles. L'herbe verdoyante désire se mouvoir en une patinoire naturelle sous les pas affolés des corps égarés sous la sadique surprise de la météo.

Les cris s'entremêlent en un concert de prétendue panique alors que le ciel se charge de nuages sombres en moins d'une minute. Les éclairs zébrent son immensité alors que le tonnerre éclate avec mille cacophonies. Les ombres s'amassent dans le bâtiment du pensionnat dont l'extraordinaire puissance semble luire au loin comme pour mieux provoquer le temps dévastateur.

Le dieu des vents, Éole, se déchaîne avec un infini acharnement alors que Zeus l'accompagne en son amusement vicieux. Se délectant des cris effrayés sous la puissance des trombes d'eau et des éclats orageux explosant en les cieux obscurs, tous deux s'unissent en une alliance cruelle au grand déplaisir des créatures humanoïdes brusquement attrapées par leur jeu enchanteur.

Les grognements de mécontentement résonnent en masse dans l'enceinte du bâtiment du pensionnat alors que les yeux dégoûtés se détournent de l'extérieur assombri. Nulle attention n'est portée sur la fine silhouette disparaissant à l'horizon pluvieux.

Les jambes légères effleurent à peine l'herbe chatoyante alors que ses pieds filent avec grâce sans se presser. Des trombes d'eau éclatent de toutes parts sans qu'aucune goutte n'ait la vile audace de venir ne serait qu'effleurer les longs cheveux symbole du perfection pour leur maître le monde.  Sa démarche gracieuse contraste en harmonie avec la vive tempête secouant le paysage à ses côtés.

Son corps tout entier parait entouré d'un cocon protecteur empêchant la pluie et le vent d'y pénétrer comme de peur de l'abîmer. Le tonnerre éclate avec mille assourdissements et les éclairs déchirent le ciel de lumières effrayantes alors que la main fine attrape la poignée de la porte pour se faufiler à l'intérieur de l'établissement luisant au loin du bâtiment principal.

Le gymnase l'accueille dans un silence rassurant, aucune âme n'oserait se perdre ici sous de telles conditions météos. Même les clubs sportifs officiant souvent à l'intérieur ont déserté leurs activités au premier signe de bourrasque. L'ordre de la direction de se rapatrier dans l'enceinte du pensionnat à peine tombé que déjà les âmes affolées se sont précipitées vers la sortie.

À l'exception d'une seule, rebelle ou initiatrice, se forgeant une solitude adorée au sein de la construction sportive. La sachant apeurée par la foule, les surveillants et surveillantes ne sauront tenir gré de son absence au rassemblement et sa protectrice saurait garantir sa prétendue présence dans sa chambre partagée avec celui qu'elle adore par dessus tout.  Il lui fallait bien tout ce capharnaüm pour s'offrir le luxe du calme et de la volupté en dehors des âmes grouillantes qu'elle porte en méfiance. Son esprit avisé n'ignore pas qu'elle risque d'en payer les conséquences avec un épuisement précoce probable à maintenir les caprices de la météo en place mais que ne feraient pas les êtres divins pour offrir une part de bonheur à leur protégée ?

L'immense salle d'entrainement entend le son léger de ses pas résonner en silence alors que les autres pièces vides ruminent leur envie fulgurante. Le miroir installé tout le long d'un mur lui renvoie son image sans payer justice à la fille spirituelle du monde.

Ses longs cheveux couleur de neige immaculée tombent magnifiquement dans son dos en une coiffure lissée à la perfection sans aucun artifices, ses mèches se voulant droites et légères à la manière d'une cascade hypnotique au débit impressionnant. Sa peau naturellement hâlée par le soleil contraste avec la tresse délicatement attachée au sommet de son crâne. Sa tempe droite se gratifie d'une rose blanche dans un dessin ensorceleur alors que la gauche s'émerveille d'une étoile à quatre branches de la même teinte avec mille majestés.  

Un nœud immaculé lui serre doucement le cou alors qu'un pendentif orné d'une véritable pierre précieuse d'émeraude brille au sommet de sa poitrine généreuse. Ses seins ronds et bien formés se cachent sous un bustier blanc aux rebords de tissus violacés. Les manches chatoyantes glissent sur ses bras frêle dans un effet de légèreté attisant la curiosité. Une petite jupe rattachée au reste de sa robe couvrent délicatement ses cuisses cachées. Ses jambes fines de danseuse portent des semblants de bas de couleur blanche alors qu'une légère face de tissu violet entoure le haut de ses membres supérieurs en une couture magistrale. Ses pieds chaussent de délicates ballerines aussi blanches que sa longue chevelure sans que ses semelles n'aient l'audace de proférer le moindre son. Ses épaules nues accueillent sur la gauche un minuscule chaton au pelage d'argent et de neige tandis que sa petite tête laisse échapper un tendre ronronnement de bonheur.

Les doigts fins manipulent habilement quelques boutons du poste rond installé sur le banc près de la porte avant qu'une douce musique ne s'en échappe. Les notes claquent les unes à la suite des autres dans un enchaînement de tendresses. Le rythme s'intensifie et s'allège en une partition chaotique alors que le corps bronzé s'y laisse glisser avec mille plaisirs.

Les bras et les jambes enchaînent les mouvements maîtrisés en une chorégraphie improvisée alors que la grâce personnifiée s'incarne en la silhouette de neige. La danse brûle chaque recoin de son âme passionnée alors que ses yeux se ferment dans la saveur d'un bonheur bouillonnant trop longtemps attendu.  Les pieds glissent sur le parquet sans jamais perdre une once d'équilibre alors que le chaton miaule de joie sur l'épaule de sa maîtresse. Ses griffes de bébé n'éprouvent nullement le besoin de mutiler la peau bronzée pour s'attacher fermement à ses muscles en actions.

Son esprit comblé de félicité ne s'accroche pas au dilemme du temps alors que le disque compact n'a de cesse de tourner encore et encore en des chansons se suivant sans relâche. La dernière note résonne enfin avant que le corps frêle ne cesse sa frénésie enflammée. Les lumières et autres appareils électriques s'éteignent sous sa commande gestuelle avant qu'elle ne quitte la salle de danse en silence.

L'eau s'échappant de la pomme de douche tombe sur ses cheveux blancs avec mille bénédictions alors que son corps nu bénéficie également de sa tendresse aquatique. À quelques mètres de là, le petit animal attend sagement sa maîtresse, le derrière assis sur un des bancs des vestiaires des femmes en ronronnant de contentement. Le savon et le shampoing ne glissent dans les plomberies qu'après plusieurs minutes avant que l'eau cesse sa cascade chaude. Attrapant une large serviette posée près de son familier, la jeune femme se sèche habilement avant de renfiler sa robe rapidement nettoyée en un rapide tour de passe-passe connu de ses doigts fins.

Alors qu'elle s'occupe de gérer sa longue chevelure immaculée, un miaulement paniqué s'échappe de la gorge de son chaton gris. Se tournant vers lui, ses muscles se contractent instinctivement avec mille violences alors que son cœur se laisse entraîner par le diable en un rythme infernal des plus dangereux. Sa respiration embrase ses poumons à chacune de ses inspirations et expirations alors que la terreur ne vienne humidifier le bord de ses lèvres délicatement rosées.

Une âme approche ! En dépit de la tempête et du couvre-feu imposé, un esprit rebelle a osé franchir les portes du gymnase avec insolences. Sentant le genre masculin à des kilomètres à la ronde, un terrible haut-le-cœur manque de franchir l'espace fin de la bouche de l'adolescente que bien des êtres rêvent de frôler. Des tremblements agitent ses jambes fines alors que chaque bouffée d'air attrapée la plonge en un bassin de souffrances inimaginables.

Les sens aux aguets, le bébé chat miaule en continu comme pour avertir sa maîtresse de mieux fuir sans même comprendre le danger procuré par ses cris. IL pourrait l'entendre ! Attrapant son chaton entre ses mains fines, la petite danseuse éteint la lumière des vestiaires avant de filer en vitesse dans l'obscurité des couloirs.

Dans le silence soudainement angoissant du bâtiment, ses pas en course ne résonnent pas alors que ceux inconnus claquent avec force comme pour mieux l'enfermer dans sa terreur affolée. Ses yeux semblant percer les ténèbres, son corps l'emmène instinctivement au loin quitte à s'éloigner de la sortie encore trop proche de l'étranger ! Autant se dissimuler en attendant une opportunité de s'enfuir vers l'extérieur ou de pouvoir contacter sa protectrice pour s'extirper de ce cauchemar.  Ses cheveux encore légèrement humides laissent échapper quelques gouttes d'eau sur le sol sans qu'elle ne les perçoive, perdue dans sa fuite effrénée.

Ses jambes fines tournent vers la salle de danse toujours plongée dans l'obscurité. Le petit animal toujours entre les bras, elle ouvre le placard emmuré au fond droite de la pièce, lui-même caché derrière une dizaine de gros ballons d’entraînements à l'équilibre et des chevaux d'arçon entreposés devant. Refermant la porte derrière elle en silence, elle grimpe sur l'étagère du haut avec mille habiletés sans jamais déranger le matériel y reposant.

Le chaton dans les bras et elle-même recroquevillée en fœtus dans le coin d'une étagère d'un placard d'où aucune lumière ne filtre, la jeune femme se mure dans un profond silence sans oser se mouvoir d'un millimètre. Son cœur bat furieusement contre sa poitrine comme pour mieux lui arracher à chaque seconde alors que sa respiration affolée s'embrigade dans un mutisme impressionnant. Son sang bouillonne au sein de ses veines dans une circulation endiablée uniquement rythmée par la musique de sa peur.

Monde, joli monde, pourrais-tu porter secours à cette âme que tu chéris tant en éloignant l'importun ou vas tu te souvenir de la promesse tenue envers ELLE, celle que toi et tous tes ami.e.s de l'Olympe craignez par dessus tout ?

ft.  Rafael Scarlet
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


PS : Je te donne le lien de l'image de Sisi représentée comme décrite dans le rp : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Le vampire et le diamant à croquer [Syria / Rafael]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mysterious School  ::  :: Rez-de-chaussée :: Complexe Sportif-
Sauter vers: